arnaud & delrue architectes

Architecture & éthique du care

Le care, « activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre ‹ monde ›, de sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible. Ce monde comprend nos corps, nous mêmes et notre environnement, tous éléments que nous cherchons à relier en réseau complexe, en soutien à la vie ».

Joan Tronto, Moral Boundaries. Apolitical Argument for an Ethic of Care, New York, Londres, Routledge, 1993.

Le care redéfinit une éthique qui place la vulnérabilité et les interdépendances en son centre et qui valorise des caractéristiques morales telles que l’attention, la sollicitude, le souci des autres, le fait d’être concerné. L’éthique du care encourage l’attention à la réparation des relations qui nous lient à tout être humain ou objet qui nous entoure. Aujourd’hui, les recherches sur le care se développent partout dans le monde et abordent diverses thématiques contemporaines (traitement des animaux, éthique de l’environnement, politique…) au travers des théories du care. Dans la nécessité de répondre aux évolutions et mutations permanentes de notre monde, l’architecture se doit d’affronter et d’intégrer de nouvelles problématiques complexes ; les liens et questionnements entre théorie et pratique peuvent être abordés au travers des théories du care. Le care s’articule autour d’une grammaire de la vulnérabilité, de l’attention (aux êtres comme aux choses). Le rapprochement de ces grammaires du care avec la pratique architecturale nous semble pertinent dans la mise en place d’un développement soutenable et humaniste.

Mémoire de master d’architecture sous la direction de Sylvaine Bulle. Travail sur des correspondances possibles entre théories du care et architecture. Mars 2015.

→  Consulter le PDF en ligne